La femme à l’église, entretien avec l'artiste congolaise Rachel Malaika

La femme à l’église, entretien avec l'artiste congolaise Rachel Malaika Je vis et travaille dans une ville métropolitaine, qui est très croyante et religieuse, la religion est au cœur de la quotidienneté, elle constitue alors pour moi un sujet de réflexion. Dans cette première série de «Fémininement passionnée de Christ», je m’interroge et interroge les autres au sujet de la place de la femme dans l’église au regard de la liturgie et du culte. Je réfléchis en a prêtant les pistes réflexives que certains autorités et laïcs avaient déjà tracées.

24.09.2019 | par Marta Lança

Femininement passionnée de Christ

Femininement passionnée de Christ La place des femmes dans l'Église catholique fait l'objet de nombreuses recherches. L’Église catholique insiste sur l’égale dignité des hommes et des femmes, mais également sur les spécificités de leurs rôles respectifs.

22.08.2019 | par Emmanuel Nzongo Diakayiza

My Kaaba is HUMAN - António

My Kaaba is HUMAN - António J’ai connu Antonio dans la ville oú j’étais pendant que je faisais la route des pèlerins sur le Chemin de Santiago. Nous étions les seuls à rester dans la ville ce soir-là, car les gens qui font ce chemin sont rares à cette époque de l’année. Il m’a invitée à diner ce qu’il s’était préparé à manger. Lorsque je lui ai demandé quelle boisson je devais apporter, il m’a dit : « Je vais boire de l’eau, tu peux apporter ce que tu veux boire ».

15.05.2019 | par Sinem Taş

Julieta

Julieta Ni les jouets avaient une telle importance. Ils n’étaient que des jouets. Ce qui est différent pour moi. Tous ont des noms, des histoires. En ce moment, j’ai le travail que j’aime. Je suis heureuse parce que je fais tous les jours ce que j’adore. Sans pression, sans ordres et je vois des visages heureux toujours. Les gens qui entrent dans cette boutique sont spéciaux, car ils savent que mes jouets sont plus qu’un simple plastique. Ils sont beaucoup plus », nous a dit Julieta.

22.04.2019 | par Sinem Taş

« La ‘théorie’, ce n’est pas seulement des mots sur une page, mais c’est aussi des choses qui se font", entretien avec Nick Mirzoeff

« La ‘théorie’, ce n’est pas seulement des mots sur une page, mais c’est aussi des choses qui se font", entretien avec Nick Mirzoeff In Europe and the United States, there is also the specific return to colonial form and nostalgia. In Portugal, I’ve been struck by the visible presence of what are still referred to as the “explorers” or the “discoveries,” rather than “colonizers” and “encounter.” The depiction of African bodies in official art and monuments is often stereotyped, almost degrading. I don’t see this, unfortunately, as an exception but as an example of the new divisions. Universities set a poor example here, with minorities and people of color being systematically underrepresented on both sides of the Atlantic.

25.03.2019 | par Inês Beleza Barreiros

Samir Amin n'a jamais été aussi utile

Samir Amin n'a jamais été aussi utile Samir Amin aimait répéter que « le pire régime de l’Afrique indépendante était cinquante mille fois meilleur que ce qu’on appelait la belle colonisation », l’intervention étrangère qu’elle prenne la forme de guerre directe ou de réformes néo-libérales nous rappelle régulièrement que la problématique de la libération nationale demeure entière dans les pays arabes.

14.09.2018 | par Hèla Yousfi

Panafricanisme et communisme: entretien avec Hakim Adi

Panafricanisme et communisme: entretien avec Hakim Adi À côté de l’histoire dominante des parti communistes européens, centrée sur la classe ouvrière métropolitaine, il est possible de retracer la trajectoire souterraine de ces militants communistes et panafricains, minoritaires dans leurs partis, mais activement soutenus par Moscou dans l’entre-deux-guerres. Il s’agit d’une époque où les jeunes partis communistes sont dominés par des Blancs, des métropolitains, ou par des colons aux colonies. Pour combattre l’opportunisme, le chauvinisme implicite ou explicite de ces militants, l’Internationale communiste a procédé à la structuration d’une série d’organisations transnationales, chargées de coordonner l’activité révolutionnaire autour de la « question noire » : Afrique du Sud, colonies d’Afrique noire, ségrégation aux États-Unis, etc. Hakim Adi raconte ici cette histoire inédite, celle d’une rencontre originale entre le communisme, le nationalisme noir et le panafricanisme.

12.01.2017 | par Hakim Adi

Kabasele, parcours et récit de vie

Kabasele, parcours et récit de vie En hiver 1991, Kabasele arrive à Lisbonne. En sortant de l’aéroport, il est surpris par la pluie et par le vent. Il n’a pas de manteau, pas parapluie. L’arrivée est un peu brutale. Sur sa route, il rencontre un compatriote qui propose de l’accueillir. Mais en vérité, ce dernier ne l’emmène pas chez lui mais dans appartement sans eau chaude, dans lequel habitent déjà 80 personnes. Kabasele fait la rencontre d’un « marchand de sommeil » comme on dit…

30.08.2016 | par Hélène Mazin

Tisser le temps à travers les images: entretien avec Héla Ammar

Tisser le temps à travers les images: entretien avec Héla Ammar ’histoire de l’Afrique nous enseigne que la notion d’Etat est bien récente et que les frontières actuelles ont été tracées par les puissances coloniales souvent au détriment des ethnies et des populations migrantes. Souvent reniées, marginalisées ou simplement oubliées, ces identités ne cessent aujourd’hui d’être réaffirmées parfois même au prix du sang. Un travail de mémoire qui porterait sur ces identités antérieures me semble nécessaire. Ce n’est qu’à cette condition que nous pourrions nous réconcilier avec notre passé et envisager un avenir commun pacifié.

10.11.2015 | par Icaro Ferraz Vidal Junior

"Dommage que les brésiliens méconnaissent les liens historiques et culturels qui unissent le Brésil et l'Angola", entretien avec Nei Lopes

"Dommage que les brésiliens méconnaissent les liens historiques et culturels qui unissent le Brésil et l'Angola", entretien avec Nei Lopes Les cultures africaines, sur le continent et dans la diaspora, sont au cœur de la réflexion de Nei Lopes, musicien et écrivain afrobrésilien, qui a contribué à une meilleure connaissance des liens culturels et historiques entre le Brésil et l'Afrique. Interview.

28.06.2015 | par Marta Lança

«  L'indépendance a été le grand rêve de ma vie », entretien avec Mia Couto

«  L'indépendance a été le grand rêve de ma vie », entretien avec Mia Couto Deux heures d’entretien avec Mia Couto : nous voilà entraînés dans une conversation qui aborde plusieurs aspects de ses centres d'intérêt et de son parcours : comment il en est arrivé là, ses lieux de prédilection, le Mozambique et les terribles moments de violence, l'utopie de l'indépendance, comment la diversité des peuples et leurs modes de vie l’inspirent dans l’écriture de ses histoires, la question de l'environnement et d’un modèle de développement à découvrir...

28.04.2015 | par Marta Lança

Entretien avec Lara Pawson

Entretien avec Lara Pawson En plus d'une écriture journalistique attrayante et exhaustive, qui nous permet d'accéder au monde dense de chaque personnage et de chaque portrait brossé, nous accompagnons, grâce au livre, le processus de recherche et de positionnement de l'auteur, avec ses hésitations, ses enthousiasmes, ses difficultés... pour finalement réussir à comprendre quelques-unes des causes et des conséquences du massacre. En abordant un sujet si délicat, ce ne fut sans doute pas facile de narrer cette histoire 37 ans après, avec les mémoires divergentes et traumatisées.

28.01.2015 | par Marta Lança

« Nous n'avons pas fait l'exorcisme de la guerre », entretien avec Nelson Saúte

« Nous n'avons pas fait l'exorcisme de la guerre », entretien avec Nelson Saúte La société mozambicaine est très tiraillée, non plus racialement mais d'un point de vue économique. Aujourd'hui, la ville de Maputo a des zones densément peuplées par des expatriés de différentes nationalités, pas uniquement portugaise, qui vivent là car ils en ont les moyens : ils appartiennent à des multinationales, des ambassades, etc. Mais un grand nombre de Mozambicains vivent dans les mêmes ensembles immobiliers. Nous avons une ville d'élites : la Polana et Sommerschield, le quartier central, la Coop; la classe moyenne à Malhangalene; la classe moyenne basse à Alto Maé; puis les banlieues traditionnelles: Chamanculo, Mafalala, un vrai bouillon de cultures; enfin les nouvelles banlieues qui ont surgi autour de Grande Maputo, comme Matola, Belo Horizonte, Zimpeto, etc. Il y a une classe moyenne florissante, dynamique, forte, presque totalement post-indépendance, de jeunes trentenaires. C'est une ville parfaitement stratifiée depuis toujours.

27.01.2015 | par Doris Wieser

Charlie Hebdo: Boubacar Boris Diop se prononce …

Charlie Hebdo: Boubacar Boris Diop se prononce … Le penseur sénégalais a donné une interview sur l’affaire Charlie Hebdo: "A notre époque, il est insensé de se montrer à ce point incapable de comprendre les sentiments profonds et la vision du monde des autres tout en se glorifiant en toutes occasions de son ouverture d’esprit et de son respect des différences! Cette inaptitude à se remettre en question procède d’un autisme suicidaire."

27.01.2015 | par Boubacar Boris Diop

‘Reine Nzinga’ en exposition à Londres

‘Reine Nzinga’ en exposition à Londres C’est à Luanda, lors d’une promenade en compagnie d’un ami sur la place Kinaxixi que j’ai vu pour la première fois la Reine Nzinga de Matamba. Nous nous sommes arrêtés pour admirer l’imposante statue de bronze érigée en hommage à la reine du peuple Mbundu du XII° siècle qui, outre le fait de combattre les armées portugaises, a aussi provoqué la consternation de son propre peuple par son rôle significatif dans le développement de la traite des esclaves en Angola. J’ai tout de suite été impressionnée par cette statue, alors que mon ami, un journaliste angolais, l’était beaucoup moins. « Dans la vraie vie, on aurait vu ses seins » dit-il. « Là, ils ont été recouverts pour apaiser nos sensibilités modernes ».

20.11.2012 | par Lara Pawson

Mia Couto remporter le 22è Prix Littéraire AFD 2012 avec "L'acccordeur de silences"

Mia Couto remporter le 22è Prix Littéraire AFD 2012 avec "L'acccordeur de silences" Encore un prix pour l’écrivain mozambicain Mia Couto : il a reçu mardi 5 juin, au CCFM (Centre culturel Franco-Mozambicain) de Maputo, le prix littéraire AFD (Agence Française de Développement) 2012, pour son roman “L’Accordeur de Silences” (paru sous le titre de “Jerusalém” en Portugais).

23.06.2012 | par Christophe Cassiau Haurie

Só China de Yonamine

Só China de Yonamine Dans le travail de Yonamine (Luanda, 1975), l’interaction de moyens de production, exprimés par la façon de construire ses œuvres, rééquilibre la hiérarchie des références culturelles et des typologies sociologiques en une pratique cumulative qui se déploie au rythme de ses expériences quotidiennes en tant qu’homme mondain, être cosmopolite qui reconnaît en lui-même la pulsion de communion et d’appartenance au monde, quelque soit la latitude où il se trouve.

02.04.2012 | par João Silvério

Lisbonne dans les rues, entretien avec Chullage

Lisbonne dans les rues, entretien avec Chullage Le rap est juste davantage une tradition orale africaine comme le spoken ou les finasons Capverdiennes. Mon rap apporte chaque fois plus d’arrangements du Cap vert et ma métrique, ma phonétique et ma vision du monde ont toujours eu également à voir avec ce que ma terre m’a donné ou ce que je suis en train de récupérer.

02.04.2012 | par Luca Fazzini

Yonamine, de Luanda vers le monde

Yonamine, de Luanda vers le monde La façon de travailler de Yonamine est très spontanée : il pense en images ou en objets, en photographies anciennes, en paquets de cigarettes, en de curieuses textures et leur empreinte reste pour créer et détruire certaines utilisations et leurs donner d’autres lectures sémiotiques, réinventant les fragments d’autres mémoires dans un registre d’intelligibilité composée.

29.03.2012 | par Marta Lança

La contribution africaine : valoriser le résultat optimiste d’une très mauvaise Histoire

La contribution africaine : valoriser le résultat optimiste d’une très mauvaise Histoire L’ethnologue français Jean-Yves Loude est revenu à la « ville noire » pour un workshop sur l’image de Lisbonne dans la littérature (programme consultable ici) et insiste en désapprouvant la manipulation des faits qui éliminent la contribution africaine des grands exploits mondiaux.

28.03.2012 | par Marta Lança