Quelque part entre l'Afrique et l'Europe – entretien avec Ângela Ferreira

Quelque part entre l'Afrique et l'Europe – entretien avec Ângela Ferreira J'ai une relation très forte avec l'Afrique, plus précisément la zone sud de l'Afrique, où j'inclus le Mozambique, où je suis née, et l'Afrique du Sud, ainsi qu'avec cette partie ibérique de l'Europe. Si je devrais me définir culturellement, je dirais que mes références se trouvent quelque part entre ces deux zones du monde.

Tête-à-tête

01.08.2010 | par Lúcia Ramos Monteiro

Espèces d’espaces - Lieu, non-lieu et espaces identitaires dans trois vidéos d’Ângela Ferreira

Espèces d’espaces - Lieu, non-lieu et espaces identitaires dans trois vidéos d’Ângela Ferreira Lieu, non-lieu et espaces identitaires dans trois vidéos d’Ângela Ferreira « Untitled » (1998), « Pega » (2000), « Joal la Portugaise » (2004). Si l’œuvre d’Ângela Ferreira est marquée par une dualité territoriale, indissociable du parcours biographique de l’artiste, ses déplacements constants entre l’Afrique - Mozambique, Afrique du Sud - et l´Europe, c’est précisément cette dualité territoriale qui ouvre l’espace indéterminé de l’écriture-vidéo à l’histoire et qui amène à des questions liées à la géopolitique et à tout un travail de déconstruction de l’iconographie et de l’imaginaire coloniales et post-coloniales.

Afroscreen

01.08.2010 | par Raquel Schefer

De la colonisation à la convivialité

De la colonisation à la convivialité il n’existe pas vraiment de « conscience lusophone » sauf peut-être chez quelques intellectuels ou politiciens. L’Angolais ou le Mozambicain moyen, même artiste ou universitaire, n’utilisera jamais ce mot pour se définir, alors que pour un Africain francophone, le terme « francophonie » a du sens, et même une dimension politique supranationale.

À lire

31.07.2010 | par Ariel de Bigault

Les bouts de bois de Dieu de Ousmane Sembene

Les bouts de bois de Dieu de Ousmane Sembene Cinq mois de doutes, de misère, mais cinq mois d’échanges et de lutte. Lutte contre le monde colonial, brutal et complètement dépassé par le formidable espace de démocratie qui se crée en face de lui, dépassé par l’engouement populaire pour la lutte, et dont la seule réponse, avant de finalement admettre sa défaite, sera le refus de négocier et la violence. Mais si ce texte est si fort, c’est parce qu’il dépasse le cadre spatio-temporel de l’Afrique et nous montre ce que l’homme est capable de faire, de créer pour un idéal, pour ce qu’il considère comme juste, pour sa famille, pour lui-même et les générations futures.

À lire

23.07.2010 | par Pierre Gomel

Identités, causes et effets

Identités, causes et effets L’œuvre de Délio Jasse peut être lue sous le prisme quelque peu complexe de la théorie des discours postcoloniaux dans la mesure où ses images dégagent une identité de figures d’altérité. Cependant, cette simplification risque d’être réductrice si elle entre en dissonance avec le discours artistique où ses images, évidemment, s’insèrent.

Tête-à-tête

09.07.2010 | par Hugo Dinis

Le Dernier vol du flamant rose de João Ribeiro

Le Dernier vol du flamant rose de João Ribeiro Il faudra dès lors prendre le temps de redevenir un pays. Ce sera long mais d'autres flamants viendront. Ils sont si nombreux, comme dans ce premier plan du film. Ils guident les vivants. Dans la région de Tizangara, les pêcheurs les appellent "sauve-vie" : il suffit de suivre leur voix pour regagner la terre si l'on est perdu. La douce et belle musique d'Omar Sosa convie à donner le temps au temps.

Afroscreen

06.07.2010 | par Olivier Barlet

Ecrire une contre-géographie

Ecrire une contre-géographie J'ai décidé d'agir dans la sphère symbolique. L'objectif n'est pas de changer le monde, mais de changer le discours au sujet du monde. Faciliter la prise de conscience de notre propre responsabilité dans les phénomènes globaux. Dans mon travail artistique et textuel, je m'efforce de clarifier la corrélation entre les sociétés à haute technologie et l'apparition de conditions de vie précaires. Un de mes principaux buts est d'amener à reconnaître que les causes et les solutions ne se situent pas toujours "ailleurs".

À lire

27.06.2010 | par Ursula Biemann

Une seconde mi-temps pour Nelson Mandela

Une seconde mi-temps pour Nelson Mandela C’est que l’Afrique du Sud a les nerfs à vif. Il n’est pas facile de jouer sa réputation et celle de tout un continent sur un seul tournoi sportif, aussi prestigieux soit-il. N’étant ni l’Italie ni l’Argentine, elle se sent observée jusqu'à l’indécence et sait qu’aucune erreur ne lui sera pardonnée. Jamais on n’a aussi obstinément mis en doute, souvent à partir de simples préjugés, les capacités du pays-hôte.

À lire

14.06.2010 | par Boubacar Boris Diop

Mundial «Africain» : le grand malentendu

Mundial «Africain» : le grand malentendu On peut pourtant être sûr, en attendant, que chaque fois que l’Algérie, le Cameroun, le Ghana, la Côte-D’ivoire et le Nigeria descendront sur la pelouse de Soccer City ou de Peter Mokaba Stadium, le public va les soutenir par un fraternel et tonitruant concert de vuvuzelas. Double jeu? Non: plutôt, semble-t-il, la schizophrénie d’une société profondément fracturée pendant si longtemps...

Mukanda

14.06.2010 | par Boubacar Boris Diop

Le Noir dans les feuilletons télévisés, un cas exemplaire de la décadence du mythe de la démocratie raciale brésilienne

 Le Noir dans les feuilletons télévisés, un cas exemplaire de la décadence du mythe de la démocratie raciale brésilienne Examiner la représentation des acteurs noirs sur presque 50 ans d’histoire de feuilleton brésilien, principale industrie audiovisuelle et de dramaturgie du pays, c’est révéler la décadence du mythe de la démocratie raciale, salissant ainsi une belle mais fausse image que le Brésil a toujours cherché à donner de lui-même, en faisant croire qu’à partir de notre condition de nation métisse, nous avons surmonté le « problème racial » et sommes un modèle d’intégration pour le monde.

Afroscreen

12.06.2010 | par Joel Zito Araújo

La Maison Tropicale d’Ângela Ferreira.

La Maison Tropicale d’Ângela Ferreira. Manthia Diawara ne cache pas son opinion sur le sujet et estime que ces maisons reviennent de droit à l’Afrique, peu importent les conditions de conservation et leur devenir. Les Occidentaux ont-ils le droit de disposer ses maisons dans « leurs colonies », pour ensuite décider de les démanteler et les vendre sans rien avoir à demander aux habitants locaux ?

Tête-à-tête

09.06.2010 | par Julie Crenn

Art contemporain d'Afrique : négocier les conditions de la reconnaissance entretien de Vivian Paulissen avec Achille Mbembe

Art contemporain d'Afrique : négocier les conditions de la reconnaissance entretien de Vivian Paulissen avec Achille Mbembe Je déteste l'idée qui fait de la vie en Afrique un simple dépouillement : celle d'un estomac vide et d'un corps nu attendant d'être nourri, vêtu, soigné ou logé. C'est une conception ancrée dans l'idéologie et la pratique du "développement", allant complètement à l'encontre de l'expérience personnelle quotidienne des gens avec le monde immatériel de l'esprit, en particulier lorsqu'elle se manifeste dans des conditions de précarité extrême et d'incertitude radicale. Ce genre de violence métaphysique et ontologique a longtemps été un aspect fondamental de la fiction du développement que l'Occident cherche à imposer à ceux qu'il a colonisés. Nous devons nous y opposer et résister à de telles formes sournoises de déshumanisation.

Mukanda

09.06.2010 | par Achille Mbembe

KUDURO, la batida de Luanda

KUDURO, la batida de Luanda Le kuduro est créé et produit dans les quartiers populaires de Luanda, les "musseques" de Luanda, et se propage très rapidement au travers des "Kandongueiros", véhicules de transport collectif de Luanda. Chaque jour apparaissent de nouvelles musiques qui alimentent le vocabulaire de Luanda de nouvelles expressions, de nouveaux rythmes, de nouveaux sons et de nouveaux pas. Cette création frénétique de langages urbains occupe une place importante dans la société angolaise actuelle, notamment chez les plus jeunes.

Plateaux

06.06.2010 | par Francisca Bagulho

Afrique c'est un nom de femme

Afrique c'est un nom de femme Ce qui frappe le plus cependant, c’est chez chacune de ces réalisatrices la qualité du regard et un traitement esthétique qui élève leur propos très haut au-dessus de tout ce que l’on a connu jusqu'à présent. De manière assez paradoxale, c’est en dédaignant les dorures et les stratégies d’évitement de la fiction que cette production documentaire donne a des événements réels, explorés en profondeur, la puissance de l’imaginaire.

Afroscreen

06.06.2010 | par Boubacar Boris Diop

"Créole": à utiliser avec précaution

"Créole": à utiliser avec précaution Parmi les linguistes il est aujourd’hui largement admis que les créoles sont des langues pleines, ayant un degré de complexité, de dynamisme et d’efficace qui ne les distingue en rien des restantes langues naturelles, telles que le portugais, l’anglais, le japonais ou autre, dont les ressources infinis garantissent la totale satisfaction des besoins de communication de leurs parlants.

À lire

01.06.2010 | par Fernanda Pratas

Tarifa African Film Festival

Tarifa African Film Festival Une partie du programme de cette année s'appele: "Utopie et réalité: 50 ans d’indépendances africaines?" Coïncidant avec le 50ème anniversaire de l’indépendance de 17 pays africains, le FCAT’10 offrira une sélection de productions africaines et autres qui illustrent, questionnent et analysent les Indépendances. Il s’agît de films qui dévoilent la pensée de personnages tels qu’Aimé Césaire, Patrice Lumumba ou Amilcar Cabral, ou bien l’espoir d’une dignité retrouvée après le colonialisme.

Je vais visiter

24.05.2010 | par Tarifa African Film Festival

La démesure de Kiluanji Kia Henda – de lá Triennale de Guangzhou à Experimenta design : deux projets

La démesure de Kiluanji Kia Henda – de lá Triennale de Guangzhou à Experimenta design : deux projets Kiluanji Kia Henda a été amené à exposer internationalement, de Guangzhou au Cap, de Nairobi à Venise, ce qui dispense son travail d’une légitimation qui passerait exclusivement par les capitales occidentales de l’art contemporain. Un autre trait singulier de son parcours réside en ce que, jusqu’à maintenant, la présentation de son travail n’a pas transité par une légitimation dans le « petit » monde de l’« ex-métropole », Lisbonne. En tant qu’artiste de nationalité angolaise, et donc d’un pays aujourd’hui indépendant et autrefois colonie portugaise, son art world’s est resté en marge de l’ensemble des politiques culturelles qui ont la langue portugaise comme élément de liaison et comme point de mire de montrer l’art et les respectifs artistes en circuit fermé, itinérant entre les anciennes colonies et l’ancienne métropole.

Tête-à-tête

20.05.2010 | par Marta Mestre

Ville ou désert ?

Ville ou désert ? Les architectes occidentaux qui, comme dans mon cas, sont venus à développer un travail comme concepteurs de projets ou chercheurs en Angola, font face à une inévitable question qui est celle de l'évident clivage entre Luanda et le reste du territoire angolais.

La ville

18.05.2010 | par Cristina Salvador

Sans Soleil - Retour en Guinée-Bissau

Sans Soleil - Retour en Guinée-Bissau « Cinq Afriques / Cinq écoles », la représentation portugaise à la 8ème biennale d’Architecture de S. Paulo, reflète les différentes réalités des pays africains dont la langue officielle est la nôtre. Pour chacun d’eux, un prototype d’école développé par autant d’autres équipes d’architecture. Pour Guinée-Bissau, Pedro Maurício Borges a fait le projet d’un Collège dans la ville de Cacheu. Dans un contexte d’extrême pauvreté , la possibilité de construire une école sera assez pour arrêter n’importe quelle autre considération critique. Pourtant, au-delà de l’éventuelle valeur humanitaire de cette initiative, reste l’architecture. Dans un endroit où elle s’assujettit – comme tout le reste – au seuil de ce qui existe, il faut faire avec peu. Mais aussi avec beaucoup d’autres choses : avec les mémoires d’un pays qui a intéressé le monde.

La ville

17.05.2010 | par Diogo Seixas Lopes

La ville caméléon - extracts d'un hypomnèmata

La ville caméléon - extracts d'un hypomnèmata Les corps sont fermés Les corps sont fermés, presque fermés. Les corps sont des îles fantastiques, isolés dans la matière. Les îles sont sérieuses à force de regarder l’horizon. L’horizon, méchante ligne courbe qui nous interdit l’au-delà.

La ville

16.05.2010 | par Mattia Denisse