Patrimoine photographique: Qui possède les souvenirs de "Avant"?


Partout en Afrique il ya un certain renouvellement d’une industrie de la culture et de la mémoire, ou peut-être même le culte de la mémoire. Et c’est peut-être de bonnes nouvelles. Ces souvenirs, évidemment inoubliables, sont également - et paradoxalement - beaucoup absent des réalités quotidiennes dans de nombreuses capitales africaines, en particulier dans les pays comme le Libéria, où la gestion d’un précaire équilibre post-conflit, et du traumatisme social, civique, et personnel est à la fois la gestion de l’absence de “avant”. Les plus jeunes générations, trop jeunes pour se souvenir, ont grandi dans un “aujourd’hui” dans lequel l’histoire a été supprimée parce que la guerre efface le passé et le présent pour permettre un semblant d’avenir. La narrative devient connue et dite par les récits contemporains, des récits du Nord … Les générations soulevées dans le milieu de la guerre civile, oublient comme une réponse réconfortante au traumatisme, ou bien à cause du besoin de la paix intérieure, ou de la simple nécessité de se éloigner des images de violence et, par association, tout ce qui était là avant.
Bien souvent pris pour acquis, les mémoires photographiques et cinématographiques sont néanmoins soit totalement absentes ou gravement handicapés dans de nombreux pays sortant des guerres civiles. Les archives ont souvent été bombardés, pillés et brûlés, ou tout simplement volé par la puissance coloniale quand il est temps d’aller… bien sur, préservant ses propres mémoires de l’endroit. Veronica Fynn, une chercheur canadienne d’origine libérienne, souligne que l’absence de ces souvenirs fais du mal dans les plus profonds confins de l’âme. Il  fait du mal de ne pas se rappeler le visage de ce voisin de dix ans, ou le nombre de points noirs dan la peu du chien de famille, et ça fait du mal de se rappeler ces chaussures rouges qui se matérialisent pas dans n’importe quelle photo, car ils ont tous été brûlés. Pourtant, Fynn, aujourd’hui une résidante de Vancouver, ne hésite pas à signaler la faute principale du projet des deux photographes/cinéastes de la Colombie-Britannique, Jeff et Andrew Topham. “Pendant notre enfance, c’était à cause des photos de papa que le Libéria est devenu le lieu d’où nous étions”. . Au Libéria 77, une co-production des chaines publiques canadiennes Knowledge Network et TVO, et actuellement dans les circuits alternatifs, les deux frères mettent l’accent sur leurs propres expériences d’enfance au Libéria, jusqu’à seulement deux mois avant que la guerre civile a éclaté. Ils retournent au Liberia pour revenir des souvenirs prises houe à la case de leur père de photos. Ce sont des photos simples, des photos de tous les jours. Ce processus s’avère cathartique à la fois pour les artistes et pour certaines des personnes qu’ils rencontrent (y compris le fils de leur ancien ‘boy’). Le problème souligné par Fynn, cependant, est évident: ces souvenirs libériens sont retournés aux Libériens, mais pas dicté par les Libériens eux-mêmes. Peut-être qu’ils n’ont jamais été des souvenirs libériens après tout, peut-être qu’ils sont des souvenirs des Autres sur le Libéria.Dans une des scènes, un garçon interrogée par les Topham est ému de voir des photographies de sa famille qu’il ne savait même pas qu’existaient. La seule photo qu’il avait après la guerre était sur une carte d’identité. Le projet fait attention à ces conditions, bien sur, essayant, cependant, de comprendre sa  limitation et cette contradiction. ils ont accepté ce prix comme le moindre mal et comme une étape nécessaire vers la normalité et la reconstruction de la mémoire. Cela rappellerait au spectateur que cette Afrique où la guerre civile, le traumatisme et le chaos social sont si répandus n’est pas tout ce que l’Afrique est. L’Afrique est également des petites chaussures rouges sur la journée d’un baptême, une beau robe sur un quelconque déjeuner en famille, ou le voyage sur le Dodge pick-up l’été 1978.

par Pedro F Marcelino
Afroscreen | 15 mai 2012 | patrimoine, photographique, souvenirs