Lancement de Choriro, dernier livre de Ungulani Ba Ka Khosa, le 17 juin à Lisbonne

A l’occasion de la parution au Portugal de sa dernière œuvre, Choriro, l’écrivain mozambicain Ungulani Ba Ka Khosa et son éditeur (Sexta Editora) seront présents à partir de 18h30 à la librairie Bertrand, dans le quartier Chiado (Rua Garett n°73-75, Lisbonne). La présentation de l’œuvre sera assurée par la romancière portugaise Lídia Jorge.

 

L’écriture de Ungulani Ba Ka Khosa est imagée, poétique, métaphorique, mais aussi sous une apparente innocence ou légèreté, impitoyable et souvent éprouvante (cette littérature ne ménage pas ses lecteurs!). Ungulani Ba Ka Khosa est parmi les écrivains mozambicains les plus reconnus de sa génération. Auteur de sept romans, il a reçu pour certains d’honorables distinctions : sa première œuvre, Ualalapi (1987), a obtenu le Grand prix de fiction mozambicaine en 1990, Os sobreviventes da Noite (2007), le prix José Craveirinha de Literatura en 2007.

 

La lecture de ses œuvres vous est vivement recommandée… Venez nombreux à la rencontre de l’auteur et de son roman !

 

 

13.06.2015 | by camillediard | Choriro, lancement, litterature, livre, Ungulani Ba Ka Khosa

Femme et écriture: Septième rencontre-débat du cycle I : Que peuvent les productions littéraires africaines?

Jusqu’à la fin des années 80, l’écriture des Africaines francophones a été peu prise en compte par les critiques.

Lieu: Ecole Nationale d’Administration (ENA) 06/04/2011
2, avenue de l’Observatoire, 75006 Paris, France

Intervenantes :
Catherine Coquery-Vidrovitch, historienne, professeur émérite Université Paris 7, fondatrice du laboratoire de recherches comparées “Tiers-Monde” devenu SEDET. (Sociétés en Développement, Approches transdisciplinaires) ;
Sophie Ekoué, journaliste, animatrice de l’émission Littérature sans frontières à RFI - Radio France Internationale ;
Elisabeth Moundo, psychopathologue/anthropologue, écrivain, directrice au Département Afrique à l’UNESCO.
Animatrice :
Tanella Boni, écrivaine et universitaire, administratrice de la CADE.

Jusqu’à la fin des années 80, l’écriture des Africaines francophones a été peu prise en compte par les critiques. On remarque que ce sont des femmes critiques qui mettent en exergue cette part de l’écriture dans une histoire littéraire largement dominée par les hommes.Aminata Sow Fall.  Une grande dame des Lettres africaines. Auteur d’œuvres importantes qui dépassent les frontières africaines, elle s’est également engagée dans la modernisation culturelle de son pays.

Keep reading "Femme et écriture: Septième rencontre-débat du cycle I : Que peuvent les productions littéraires africaines? "

05.04.2011 | by ritadamasio | femme, francophonie, litterature