Africa is / in The Future I Bruxelles 19.05 > 20.05.2017

Deux journées interdisciplinaires qui portent un regard nouveau et décomplexé sur l’Afrique et sa diaspora.

 PointCulture Bruxelles, rue Royale 145 I  Cinéma Nova, rue d’Arenberg 3                    VENDREDI 19 MAI

  • 15h-16h : Fabio Vanin “African future urban challenges : Luanda and Nairobi” (PointCulture Bruxelles)
  • 16h30-17h30 : Rebel Up ! et NGHE “Afrika Sound” (PointCulture Bruxelles)
  • 18h-19h : Performance OZFERTI (PointCulture Bruxelles)
  • 20h : Projection « Kin Kiesse » et « Kingelez » (Cinéma Nova)
  • 22h : Projection « The Tower » (Cinéma Nova)

SAMEDI 20 MAI

  • 14h-15h : Pascale Obolo et Gato Preto « L’afrofuturisme, terrain d’expérimentation esthétique ou outil de déconstruction et d’émancipation ? » (PointCulture Bruxelles - en français/ anglais)
  • 15h30-16h30 : Oulimata Gueye « La science-fiction, une technique d’adaptation » (PointCulture Bruxelles)
  • 17h-18h : Jean-Christophe Servant « L’Afrique, entre futur et avenir » (PointCulture Bruxelles)
  • 19h30 : Table d’hôtes et microboutiek (Cinéma Nova)
  • 20h : Projection « I love kuduro » et « Woza taxi » (Cinéma Nova)
  • 22h : Concert Gato Preto (Cinéma Nova)
  • 00h00 : Rebel Up djset (Cinéma Nova)

PROGRAMME DÉTAILLÉ

VENDREDI 19 MAI

·         15h00 – 16h00 Conférence “African future urban challenges : Luanda and Nairobi” de Fabio Vanin

Quels sont les défis environnementaux et sociaux auxquels les villes de Luanda et Nairobi sont confrontées ? Comment ces deux villes traitent l’idée d’avenir ? Comment les arts et l’utilisation de différents récits nous projettent vers le futur ?

Fabio Vanin est professeur d’urbanisme paysager à la VUB et cofondateur et directeur de LATITUDE Platform for Urban Research and Design. Ses recherches actuelles portent sur les menaces environnementales dans les zones urbaines, en particulier sur l’eau, et sur les modèles urbains émergents en fonction des problèmes de sécurité. Il a également un fort intérêt dans la recherche de la croissance des villes africaines, en particulier dans les pays lusophones.

·         16h30 – 17h30 Conférence “Afrika Sound ” de Rebel Up ! + Médiathèque NGHE

Rebel Up! & la NGHE Mediatheque proposent un voyage personnel et subjectif à travers les sons, ceux du passé et ceux de la musique électronique contemporaine en constante évolution, issus d’Afrique et de la diaspora. À partir de leur expérience et de leur travail singulier, Ils esquisseront les contours de plusieurs mouvements, styles, labels musicaux et autres manifestations culturelles de l’ère numérique, aidés d’une sélection de musiques et de vidéos YouTube. Attendez-vous à une session passionnée alliant faits musicaux et histoires personnelles à une énergie débordante.

NGHE est un espace de découverte et de partage de la musique localisé à Molenbeek. Sous forme d’une médiathèque subjective et ouverte à tous, nous voulons mettre en valeur la singularité musicale de certaines régions du monde et promouvoir le réseaux des labels indépendants.

Rebel Up ! est un collectif bruxellois diffusant des sons innovants, il s’est rapidement imposé comme expert en musique « du monde » folk et urban et en culture alternative globale. En 2010, Rebel Up! insuffle son concept « global » dans la vie culturelle bruxelloise à travers soirées, concerts et festivals.

·         18h00 - 19h00 Performance OZFERTI

Début 2016, après des mois de recherches graphiques et musicales, Florian Doucet se lance en solo et crée OZFERTI son alias venu de la planète NUBIA NOVA. En Mars 2016, il sort l’album ADDIS ABOUMBAP, un mélange envoûtant de Tezeta Ethiopien et de Beats Electronique. Suivrons les albums AFROGRIME vol.I & vol.II, mashups où la puissance de l’Afrobeat Nigérian rencontre le fracas du Grime Britanique. Ozferti accompagne son live de projections vidéo où s’entremêlent les images des légendes de l’Afrique de l’Ouest et des motifs géométriques psychédéliques.

https://soundcloud.com/ozferti

·         20h : Projection « Kin Kiesse » et « Kingelez » (Cinéma Nova)

> Kin Kiesse

Mwezé Ngangura, 1983, CD, 16mm, vo ang st fr, 28’

Ce film “classique” réalisé par Mweze Ngangura, considéré comme le père du cinéma congolais, est un portrait de “Kin la belle quand elle était encore capitale du Zaïre. Tourné en pellicule, couleurs chaudes et superbes, la ville se découvre à travers les yeux de Chéri Samba, peintre populaire, aujourd’hui mondialement reconnu, alors à ses débuts. Quartiers animés, coiffeurs, immeubles, ambiance, on découvre une ville au rythme endiablé dans laquelle la musique, quelles que soient ses formes et ses origines, fait le lien entre des éléments disparates mais vivants. Et tout ceci à l’apogée d’une dictature…

> Kingelez [Kinshasa : une ville repensée]

Dirk Dumon, 2003, BE, video, vo fr, 30’

Faire émerger du chaos, une ville métamorphosée, rutilante, aux proportions hallucinantes, c’est ce que propose Bodys Isek Kingelez, né en 1948, en concevant des maquettes multicolores tridimensionnelles proposant urbanisme utopique, ville chimérique en papier, carton, plastique ou balsa, qui s’étend sur plusieurs mètres carrés. Par ses créations, proches de l’art brut, il traduit ses impressions rudes et critiques face à l’organisation de la Kinshasa actuelle, mais aussi face à la façon de vivre de ses compatriotes.

Avec la participation de la Cinémathèque Afrique de l’Institut Français

·         22h : Projection « The Tower » (Cinéma Nova)

Sammy Baloji & Fillip Deboeck, 2015, BE, video, vo fr st ang, 70’

Où l’on suit le “Docteur”, propriétaire d’une déraisonnable tour à Limete, Kinshasa, en construction depuis 2003, filmée ici en 2015 et ne semblant jamais en passe d’être achevée. Une tour aux allures de Futur malade, dystopie suintante, avec à son sommet, un doigt, ultime extrémité d’une main tendue vers le ciel pour s’extirper de l’enlisement. Le film, pensé comme installation vidéo, fascine par son pouvoir hypnotique, de part l’ascension interminable, menée par ce si curieux personnage, intarissable sur les projets de cette tour à tout faire, qui révèle à chaque étage des ambitions délirantes confrontées à la réalité d’une ville dysfonctionnelle. Ainsi, le passé de Kinshasa se révèle, et les affres de la décolonisation se réincarnent dans une architecture inspirée du modernisme coloniale dont l’imaginaire semble avoir du mal à se dépêtrer.

SAMEDI 20 MAI

·         14h00 - 15h00 Conférence « L’afrofuturisme, terrain d’expérimentation esthétique ou outil de déconstruction et d’émancipation ? » de Pascale Obolo avec Gato Preto

Comment les plasticiens repensent les formes d’asservissements esthétiques inhérentes aux peuples minoritaires représentés d’une manière exotisante au travers des sciences sociales ou des études postcoloniales.

Les nouvelles technologies utilisées comme une méthodologie d’action seraient-elles la clé de l’émancipation à partir de la fiction de soi ?

Artiste plasticienne, réalisatrice camerounaise, Pascale Obolo est aussi la fondatrice de la revue en ligne Afrikadaa. 

Force de propositions artistiques et instrument de critique sociale, Afrikadaa est la seule revue francophone indépendante dédiée à l’art contemporain africain. Bonus, elle est gratuite et intégralement consultable sur internet.

http://www.afrikadaa.com

Duo ghanéen/ mozambicain, Gato Preto semble sorti d’une galaxie bruitiste et joyeuse, d’où ils ramènent le Future Kuduro, cette musique hybride entre house, techno et rythmes traditionnels d’Angola.

http://www.gato-preto.net

·         15h30 – 16h30 Conférence « La science-fiction, une technique d’adaptation » de Oulimata Gueye

Marqué par d’intenses bouleversements économiques, technologiques, politiques et esthétiques, le présent est propice au développement de la science-fiction africaine. Entre projections futuristes et croyances fondatrices, des artistes, écrivains, réalisateurs, designers élaborent une myriade de micro-récits travaillés aussi bien par l’ouverture aux possibles que par la critique du présent. 

Curatrice et journaliste indépendante, Oulimata Gueye axe ses recherches sur les pratiques culturelles, les technologies numériques et les cultures urbaines en Afrique. Elle anime la plate-forme xamxam cofondée avec le collectif « Startup Africa Paris ».

http://xamxam.org

·         17h00 – 18h00 Conférence « L’Afrique entre futur et avenir » de Jean-Christophe Servant

L’Afrique écrit son futur, pas encore son avenir. Une culture émancipée mais des gouvernants asservis à l’idéologie néo-libérale…

Jean-Christophe Servant, journaliste au mensuel Géo, collaborateur des pages Afrique(s) du Monde Diplomatique.

·         19h30 : Table d’hôtes et microboutiek (Cinéma Nova)

·         20h : Projection « I love kuduro » et « Woza taxi » (Cinéma Nova)

> I love kuduro
Mário Patrocínio, 2014, AO, HD, vo fr st ang, 95’
“I love kuduro” est le nom d’un festival à Luanda (Angola) où ce style fait rage depuis les années 90. Le film est prétexte à présenter faits et légendes, que l’on évite de distinguer. Le nom viendrait du déhanché de Jean-Claude Van Damme, lors d’une scène de danse de l’un de ses films. Elle devient alors la dans du “cul dur”, le kuduro. De beaux protraits d’artistes aux parcours divers et passionnants, qui évoquent différents aspects à aspérités de la société angolaise. Les moments dansés sont à couper le souffle, et la musique qui mélange beats (batida), bruits de moteurs et chant habité devrait vous convaincre d’assister au concert qui suit !

> Woza Taxi
Tommaso Cassinis, 2016, ZA, HD, vo st ang, 24’

“Woza Taxi - Gqom Secret Stash Out Of The Locations” évoque l’univers des taxis aux allures de boites de nuits à Durban et dans ses ghettos. On y passe du Gqom, musique électronique du ghetto empruntant les sons de la vie quotidienne. Le nom évoque la déglutition, quelle qu’en soit la cause, ou comme outil rythmique ludique. Une belle petite plongée dans ce monde parallèle intriguant.

·         22h : Concert Gato Preto (Cinéma Nova)

Gato Preto puise sa musique dans ses origines ghanéennes, portugaises et mozambicaines et propose du Kuduro mutant, mâtiné de saturations électroniques et guitaresques, plongeant le tout dans une esthétique afro-futuriste electro-rock de bon aloi. Sévissant d’habitude en Allemagne, à Düsseldorf, ville qui s’y connaît en nouvelles vagues, ils viendront tout le week-end en proposant work shop et réflexions sur cet afro-futurisme qui leur tient à cœur.

·         00h00 : Rebel Up djset (Cinéma Nova)

Attendez-vous donc à un dance floor extrêmement chaud, d’autant qu’il sera animé ensuite par leur complice bruxellois Rebel up et la bruxello-nigerianne III Syll aux platines. N’hésitez pas à arborez vos looks futuristes, nuit de tous les possibles en perspective.

https://www.pointculture.be.pointculture.be
https://www.facebook.com/PointCultureBruxelles

http://www.nova-cinema.org

Remerciements : Les Amis du Monde diplomatique, le collectif Rebel Up !, Nghe médiathèque sportive, Giulia Florian, Otieno Gomba du Maasai Mbili Artists’ Collective.

Pour toute info - presse : Emmanuelle Dejaiffe – emmanuelle.dejaiffe@pointculture.be
Pour toute info - programmation : Dany Ben Felix / dany.benfelix@pointculture.be

04.05.2017 | by martalanca | Africa, cinema, Future | 0 comments